Samedi 23 août 2014
Русский Français
ACCUEIL POLITIQUE ÉCONOMIE SOCIÉTÉ INTERVIEW CULTURE MODE/DESIGN VOYAGES GASTRONOMIE FACE-À-FACE

«La Nice russe»: là où l'aristocratie russe se retrouve...


16.03.2013
Karina Pronitcheva



Share

La cathédrale Saint-Nicolas, le cimetière russe avec près de 3000 tombes, les manoirs de la haute aristocratie russe... La ville de Nice a su séduire les Russes, même avant que la French Riviera ait été baptisée «Côte d'Azur» (1887). À travers l'exposition Présence Russe. Nice et la Côte d’Azur. 1860-1914, le Musée Massena met à l'honneur la Nice russe...

Si vous êtes déjà venu(e) à Nice, vous avez sûrement fait un tour par la cathédrale orthodoxe russe Saint-Nicolas, non loin de la gare de Nice. Et vous n'avez pas pu non plus manquer le gardien ukrainien qui patrouille dans le petit parc autour de la cathédrale et qui vous repousse toujours derrière la grille d'entrée bien avant que ne commence sa légitime pause déjeuner, tout en mâchant effrontément son sandwich. Cependant, malgré cela, vous n'avez pu rester indifférent(e) à la beauté calme de cet endroit, à la tristesse de la petite chapelle où repose le Grand-Duc Nicolas, fils d’Alexandre II, mort d’une méningite à l’âge de 21 ans, ni encore à l'aspect majestueux de la cathédrale, construite dans le «style russe», très en vogue en Russie au XIXe siècle. Ouverte en décembre 1912, la cathédrale Saint-Nicolas est considérée comme la plus belle église orthodoxe hors de Russie. C'est précisément à l'occasion du centenaire de cette cathédrale que la Musée Masséna présente son exposition sur la Nice russe.

Cathedrale orthodoxe Saint-Nicolas NiceCathedrale orthodoxe Saint-Nicolas Nice bulbes colorees

                            Jean Giletta (1856-1933)                                         La cathédrale Saint-Nicolas à Nice (2012)
                        Nice, La nouvelle église russe                                                              © TETE-A-TETE
                            Photographie (vers 1912)
         Nice, Bibliothèque de Cessole du musée Masséna
     © Nice, Bibliothèque de Cessole du Musée Masséna

Peut-on vraiment parler d’une «Nice russe»? Sans aucun doute! C'est en effet la famille impériale qui a lancé la mode des «hivers niçois» chez les Russes. Le premier à être venu à Nice, encore dans les années 1830, était le Grand-Duc Michel, petit frère d'Alexandre Ier et de Nicolas I, mais c'est l'impératrice Alexandra, femme de Nicolas Ier, qui a commencé à s'y rendre régulièrement, à partir de 1856. La noblesse russe ne s'est pas fait attendre non plus, et très vite la Côte d’Azur a vu arriver les plus grandes familles aristocratiques de Russie. Un quotidien de l’époque a d'ailleurs constaté: «Les Anglais prennent Nice en grippe. Ils prétendent que les Russes y ont importé non seulement leur agitation naturelle, leur tumulte intérieur, mais aussi leur climat».

Imperatrice Alexandra Fedorovna femme de Nicolas IerVilla Avigdor Nice - villa de limperatrice russe Alexandra Fedorovna

                      Christina Robertson,                                         La villa Avigdor habitée par l’impératrice Alexandra
          Portrait de l'impératrice Alexandra                              au cours de l’hiver 1856-1857. Lithographie, vers 1860.
       (1841-1842) © Musée de l'Ermitage                                Nice, Musée Masséna, Don Paul Chalovan, 1929
                                                                                                                       © Ville de Nice / Muriel Anssens

Entre la plage, le casino, les soirées mondaines et le shopping, nos compatriotes ne s'ennuyaient guère à Nice! Notons par ailleurs que, tout comme aujourd'hui, les Russes d'autrefois faisaient le bonheur des commerçants niçois: c'est ainsi qu'on a vu ouvrir à Nice des succursales des grands joailliers parisiens de l'époque, Lacloche et Morgan! Ou de la maison Alexandrine, dont les magnifiques gants de luxe étaient tant appréciés par les aristocrates russes…! Cela dit, le paysage actuel de Nice est en grande partie composé de leurs splendides villas, dont le château Valrose est certainement le plus incroyable. Lorsque le baron Paul Von Derwies achète le domaine de Valrose, en 1866, il est déjà l'un des hommes les plus riches de Russie: c'est lui qui a créé les premières grandes voies ferrées de Russie, qui serviront plus tard à déployer le Transsibérien. Il confie alors à l'architecte russe, David Grimm, la construction de sa nouvelle résidence, un curieux mélange entre manoir anglais et château bavarois. Et comme si cela ne suffisait pas, Von Derwies commande l’aménagement d’un parc de dix hectares, où l’on trouve diverses plantes rares et même une isba ramenée spécialement d’Odessa, ainsi que la construction d’une salle d’opéra.

Le château de Valrose vers 1890-1900

                                             Jean Giletta (1856-1933), Le château de Valrose vu du portail d’entrée
                                Photographie, vers 1890-1900. Nice, Bibliothèque de Cessole du musée Masséna
                                                             © Nice, Bibliothèque de Cessole du Musée Masséna

La famille Von Derwies s'installe au château Valrose en 1870 et, durant une dizaine d'années, le Valrose est «the place to be» pour tout le beau monde de la Côte d'Azur. Les concerts et opéras des Von Derwies rivalisaient avec ceux de l'Opéra de Nice: c'est d’ailleurs ici qu’eut lieu la première représentation en France du célèbre opéra de Glinka, La Vie pour le Tsar, en 1879. Tout s'arrête brusquement, en juin 1881, lorsque la fille des Von Derwies décède subitement, suite à une chute de cheval, et que le baron meurt deux jours plus tard. La famille quitte le château, qui change régulièrement de propriétaires jusqu'en 1960, lorsque la ville de Nice le récupère et le cède à l'Etat français. 

Portrait de Serge von DerwiesPortrait de Madame Serge von Derwies (1898)

                       Konstantin Makovski (1839-1915)                                     Benjamin Constant (1845-1902)
                            Portrait de Serge von Derwies                                     Portrait de Madame Serge von Derwies
                                        Huile sur toile,                                                      Huile sur toile, 1898.
                          Nice, Musée des Beaux-arts                                                     Nice, Musée des Beaux-arts
                            Don de Mlle von Derwies, 1948                                       Don de Mlle von Derwies, 1948
                        © Ville de Nice / Muriel Anssens                                        © Ville de Nice / Muriel Anssens

En 1965, le Valrose trouve sa nouvelle vocation: la résidence des barons russes devient alors le siège de l’Université Nice Sophia Antipolis et de la Faculté des Sciences...

Envie d'en savoir plus? Profitez de ce week-end pour vous rendre au Musée Masséna et vous imprégner de la Nice russe d'autrefois! 
Bonne visite!

Jusqu’au 18 mars 2013
Musée Masséna
65, rue de France
06000 Nice
Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h
Entrée libre

Lire aussi:




LAISSEZ  VOTRE  COMMENTAIRE  !

Mon prénom et nom :

Mon adresse-mail :

Mon commentaire (max. 500 caractères) :

ARTICLES  PRÉСÉDENTS

La Russie vue par le cinéma français: «Möbius» et Cie
02.05.2013
La Russie vue par le cinéma français: «Möbius» et Cie Michel Tendil, Karina Pronitcheva
L’espion, l’oligarque et la ballerine… Cette trilogie pourrait résumer à elle seule l’imaginaire du peu de cinéastes français qui ont parlé de la Russie ces dernières années. Le film Möbius d’Eric Rochant, sorti sur les écrans en France puis en Russie en février et mars, en est l’illustration...(suite)


Les ducs de Mecklembourg-Strelitz en Russie: le destin d’une collection
14.04.2013
Les ducs de Mecklembourg-Strelitz en Russie: le destin d’une collection Karina Pronitcheva
Chaque année, au palais Roumiantsev, sur le quai des Anglais, à Saint-Pétersbourg, a lieu une exposition dédiée à l’histoire d'une famille aristocratique russe. Si l’an dernier, nous avons pu en apprendre davantage sur la lignée des Leuchtenberg, cette année, c’est au tour des ducs de Mecklembourg-Strelitz, également apparentés à la Maison Romanov...(suite)

Journées européennes des métiers d'art: l'artisanat d'art comme nouvelle forme de luxe
05.04.2013
Journées européennes des métiers d'art: l'artisanat d'art comme nouvelle forme de luxe Karina Pronitcheva
Les Journées européennes des métiers d'art commencent aujourd'hui en France et dans huit autres pays européens, et ce jusqu'au dimanche. Plus de 3000 ateliers à Paris et en régions seront proposés au public. Rencontre avec Marie-Hélène Frémont, directrice générale de l'Institut National des Métiers d'Art, qui coordonne l'évènement...(suite)

Art Paris Art Fair 2013 au Grand Palais: la Russie s’expose
27.03.2013
Art Paris Art Fair 2013 au Grand Palais: la Russie s’expose Karina Pronitcheva
Demain, la nouvelle édition de la foire d'art contemporain, Art Paris Art Fair, débute sous la coupole du Grand Palais, à Paris. Cette année, l'invitée d'honneur de la foire est... la Russie avec une dizaine de galeries et environ 90 artistes de différentes villes russes. Envie d’en savoir plus sur la scène artistique russe de nos jours? Alors suivez-nous! (suite)

Le représentant des Romanov en Russie, Ivan Artsichevski, parle des «400 ans de la Maison Romanov»
20.01.2013
Le représentant des Romanov en Russie, Ivan Artsichevski, parle des «400 ans de la Maison Romanov» Karina Pronitcheva
Jeudi dernier, dans les locaux du média russe RIA-Novosti, à Saint-Pétersbourg, a eu lieu une conférence de presse du représentant officiel de la Maison Romanov en Russie, Ivan Artsichevski, qui a évoqué les actions actuelles des membres de la famille, ainsi que leur façon d’aborder l’anniversaire des «400 ans de la Maison Romanov» que beaucoup tentent de célébrer, en Russie comme à l’étranger...(suite)

Fêtes populaires dans la campagne russe: entre «sviatki» et divination
17.01.2013
Fêtes populaires dans la campagne russe: entre «sviatki» et divination Ekatérina Zimina
En Russie, la période des «sviatki» s’étend sur douze jours (de Noël, le 7 janvier, jusqu’au baptême du Christ, le 19 janvier) et par convention sur deux cycles: celui des «soirées saintes» et celui des «soirées terribles»...(suite)

La campagne de Russie. VII. Les monuments de Saint-Pétersbourg
26.12.2012
La campagne de Russie. VII. Les monuments de Saint-Pétersbourg Karina Pronitcheva

Les célébrations du bicentenaire de la campagne de 1812 s’achèvent en Russie par une exposition à la forteresse Pierre-et-Paul, dont le titre est Toute la Russie s’en souvient… Les monuments en hommage à la campagne de Russie, à Saint-Pétersbourg. Nous nous sommes entretenus avec la commissaire de l’exposition, Irina Karpenko...(suite)



«Mon Paris à moi... » VI. Un Bonheur nommé Lido, ou par une nuit parisienne
20.12.2012
«Mon Paris à moi... » VI. Un Bonheur nommé Lido, ou par une nuit parisienne Stephanie Riboux
Mercredi dernier, je suis allée passer la soirée au Lido, pour assister à une représentation de leur revue en cours. 21h30, les lumières de la salle s’éteignent, et le spectacle commence...(suite)

Saint-Pétersbourg, entre le «paradis» de Pierre le Grand et une mégalopole contemporaine
26.11.2012
Saint-Pétersbourg, entre le «paradis» de Pierre le Grand et une mégalopole contemporaine Karina Pronitcheva
Saint-Pétersbourg est la plus jeune capitale d’Europe et certainement la plus contemporaine aussi. Et ce ne sont pas les nouveaux bâtiments ni les hautes technologies qui entrent ici en ligne de compte, mais le fait que, dès le début, cette ville a été conçue à la fois pour le plaisir esthétique de ses visiteurs et le confort de ses habitants...(suite)

La Semaine du cinéma russe investit l’Arlequin de Paris du 14 au 20 novembre 2012
12.11.2012
La Semaine du cinéma russe investit l’Arlequin de Paris du 14 au 20 novembre 2012 Karina Pronitcheva
Vous êtes Russe et, loin de votre pays natal, vous rêvez de voir les derniers films russes autrement que sur internet? Vous êtes Français et aimeriez vous faire une idée du cinéma russe contemporain? Une vingtaine de films russes en VO et sous-titrés, produits en 2011 et 2012, vous attendent à l’Arlequin de Paris du 14 au 20 novembre...(suite)

La campagne de Russie de 1812. II. Échanges linguistiques
15.10.2012
La campagne de Russie de 1812. II. Échanges linguistiques Maria Sélezneva
Pour la première fois, des mots français, ou gallicismes, sont apparus dans la langue russe au XVIIIe siècle, et ce grâce à l’importance qu’a prise la langue française en Europe. Mais c’est surtout pendant la campagne de Russie de 1812 que de nombreux mots français se sont imposés en russe: les Russes se sont appropriés les sonorités de ces mots, tout en les russifiant...(suite)

«Mon Paris à moi...» IV. Petite histoire du cabaret parisien
27.09.2012
«Mon Paris à moi...» IV. Petite histoire du cabaret parisien Stephanie Riboux
Nous sommes en pleine Belle Époque, période faste qui s'étend de la fin du XIXe siècle jusqu'au début de la Première guerre mondiale. Un établissement ouvre ses portes, en 1881 en plein Montmartre et propose une formule différente des autres cafés: pour le prix d'une consommation, le client peut assister à une représentation de spectacle...(suite)

La campagne de Russie de 1812. I. La Bataille de Borodino
14.09.2012
La campagne de Russie de 1812. I. La Bataille de Borodino Karina Pronitcheva

Cette année, la Russie célèbre le bicentenaire de la Guerre Patriotique de 1812. À l’occasion des Journées du patrimoine, l’exposition Borodino (1812-2012) ouvre demain à la Résidence de l’Ambassadeur de Russie en France, dans le 7ème arrondissement de Paris. TETE-A-TETE l’a vue en avant-première en compagnie de Cyrille Boulay, expert en art russe et commissaire général de l’exposition, et vous en parle... (suite)



L’eau de Saint-Pétersbourg: des clichés de Julia Kornilova
04.07.2012
L’eau de Saint-Pétersbourg: des clichés de Julia Kornilova Alexandre Luckmann
Après avoir passé 10 ans en France, Julia Kornilova est revenue dans sa ville natale, à Saint-Pétersbourg. Passionnée pour la photographie, elle est devenue photographe. Sa première exposition – une série de clichés fantasques sur l’eau, a eu lieu dans l’une des meilleures galeries d’art de Saint-Pétersbourg, la S.P.A.S.(suite)

Le «style russe»: un style de vie de la Russie du XIXe siècle
01.06.2012
Le «style russe»: un style de vie de la Russie du XIXe siècle Karina Pronitcheva

L’un des plus importants phénomènes dans la culture russe du XIXe siècle, le «style russe» a pénétré dans tous les domaines, ce dont témoignent la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-versé, le Grand palais de Kremlin, la vaisselle de Carl Fabergé ou encore des mascarades à la cour impériale... Une exposition intitulée Le style russe. Style d'art et style de vie a ouvert à la forteresse Pierre-et-Paul à Saint-Pétersbourg...(suite)



Les 8 scandales qui ont marqué le Festival de Cannes
16.05.2012
Les 8 scandales qui ont marqué le Festival de Cannes Stephanie Riboux
Chaque année ou presque, le prestigieux Festival de Cannes est le théâtre de scènes plus ou moins scandaleuses. En attendant de découvrir ce que cette édition 2012 nous réserve, retour sur les plus gros sandales qui ont marqué la Croisette...(suite)

La peinture soviétique: de la Révolution à l’époque de Brejnev
07.05.2012
La peinture soviétique: de la Révolution à l’époque de Brejnev Andreï Maïevsky, Alexandre Luckmann
À l’époque de la «pérestroïka» en Russie, il est devenu une mode de blâmer tout ce qui était soviétique, y compris l’art. Mais le temps passe, les plaies cicatrisent, et cet art bien digne de ce nom brille à nouveau. On constate aujourd’hui un intérêt grandissant envers la peinture soviétique, aussi bien dans les galeries d’art de Moscou et de Saint-Pétersbourg que dans les musées européens…(suite)

Moscou accueille la 9ème Biennale de photographie
21.04.2012
Moscou accueille la 9ème Biennale de photographie Maria Sélezneva
À n’en pas douter, les amateurs de la photographie attendaient avec impatience la fameuse Biennale de photographie de Moscou! Depuis 1996, cet événement majeur dans le domaine de la photographie en Russie prend place tous les deux ans dans plusieurs espaces culturels de la capitale. Au total, le programme de la manifestation compte près de 70 événements...(suite)

Le rock russe... un état d’âme?
02.04.2012
Le rock russe... un état d’âme? Maxime Sannikov
Il est difficile de parler du rock russe: nombreux sont ceux qui le définissent comme un «état d’âme» qu’on peut trouver aussi bien dans la musique pop que dans la musique «marginale» où le rock prend sa source. Si une personne vous dit qu’elle écoute du rock, seulement du rock et rien que du rock, il est fort probable que cette personne ne s’y connaît pas vraiment en musique. Mais le contraire est aussi possible...(suite)

© 2011-2012 TETE-A-TETE. Tous droits réservés                              ISSN 2115-8703